You are in : Homepage > Zoom on > Concert : "Compositeurs dans la tourmente de la Grande Guerre" le 14 décembre

Concert : "Compositeurs dans la tourmente de la Grande Guerre" le 14 décembre

Vendredi 14 décembre à 20h30 au Prieuré St Maurice :

L’Ensemble Ganymed vous propose tout un panel d'œuvres européennes françaises, Espagnoles, anglaises, allemandes, russes composées pendant cette période, ô combien troublée de ce qu'il est convenu d'appeler « la Grande Guerre » "Alors qu'on a encore, du mal, 100 ans après, à « faire » l'Europe, elle était déjà constituée dans le monde artistique, et bien avant le XXème siècle !
Printemps 1914. Braque et Derain exposent à Berlin, Dresde, et Düsseldorf. Willem Uhde est à Senlis où il collectionne les œuvres de Picasso et de Braque et découvre Séraphine Louis qu'il fait connaître. Wagner est quasi déifié par des compositeurs français. Mahler est joué à Paris. Paul Hindemith, jeune compositeur allemand perd son père, tué dès le début de la guerre, mobilisé il continue à faire de la musique et travaille le Quatuor à cordes de Debussy quand il apprend la mort du composteur (1918).
Si, comme il a été souvent dit, les soldats français sont partis au front, revanchards (il fallait laver l'affront de 1870 et récupérer l’Alsace-Lorraine) et la fleur au fusil, le premier grand conflit mondial a plongé les artistes dans un profond désarroi.

Souvent dédiées à des soldats morts au combat, elles expriment la grande détresse des artistes qui, ouverts aux influences extérieures, se retrouvent, par la force des événements, repliés, volontairement ou non, dans leur angoissante solitude tout en luttant contre la tentation de la haine de l’autre. En 1931, Ravel composa son Concerto pour la main gauche pour le pianiste autrichien Paul Wittgenstein qui avait perdu son bras droit pendant la guerre sur le front russe.
Pourtant, même les plus pacifistes, chacun a joué son rôle et a combattu avec abnégation, puisqu'il fallait bien combattre. C'est ainsi que Ravel, réformé pour faible constitution, a réussi à se faire engager comme conducteur d’ambulance Mais l'espoir reste présent, notamment dans les œuvres de Lili Boulanger, ou Reynaldo Hahn, fort heureusement, tant il est vrai que rien, jamais, n'est totalement désespéré. "
Daniel Humbert

Entrée gratuite, libre participation.

Tél : 06 08 60 30 22

Add to my roadmap

  • Page top